COMMUNIQUE du Collectif

Mis en avant

ARRÊTEZ LA CASSE DE NOS ÉCOLES ! 17/02/2012

Le COLLECTIF « ARRÊTEZ LA CASSE DE NOS ÉCOLES ! » est constitué de CITOYENS, tous TRÈS INQUIETS du devenir de leurs ENFANTS, PETITS ENFANTS, FUTURS ENFANTS dans un contexte de DÉMANTÈLEMENT permanent de l’ÉCOLE : FERMETURES de CLASSES, ENTASSEMENT de NOS ENFANTS…

Il a pour but d’INFORMER des SITUATIONS RÉELLES vécues sur le terrain (et souvent bien différentes de ce que l’on veut bien nous faire croire ou entendre…), d’ÉCHANGER

Même si l’on peut, très justement, penser que les enseignants sont aux premières loges pour constater cette dégradation de l’ÉCOLE et des conditions d’apprentissage de nos enfants, ceux qui le sont parmi nous sont AVANT TOUT, PARENTS et CITOYENS et c’est À CE TITRE qu’ils S’INQUIÈTENT DU DEVENIR DE TOUS LES ENFANTS.

Le texte qui suit est DENSE mais UNE VIE D’ÉCOLIER EST LONGUE…

Et la SITUATION est TROP GRAVE pour se permettre LES RACCOURCIS qui ne permettent pas toujours d’y voir plus clair…(lire la suite du COMMUNIQUE du COLLECTIF « ARRETEZ LA CASSE DE NOS ECOLES ! » 17-02-12)

Si vous souhaitez adapter le communiqué au nom de votre propre collectif, le télécharger au format Word: COMMUNIQUE du COLLECTIF « ARRETEZ LA CASSE DE NOS ECOLES ! »17-02-12 ( format WORD)

.

RENTREE 2012 : la FCPE de Dordogne demande un plan d’ URGENCE.

La FCPE, Fédération des Conseils de Parents d’ Elèves de Dordogne était réunie le 9 juin à Bergerac, lors de son congrès départemental.

Inquiets sur le déroulement de la rentrée 2012, les 31 délégués présents, représentant les 4600 adhérents du département, ont adopté la motion ci-dessous concernant les mesures essentielles à mettre en œuvre en Dordogne dès la rentrée prochaine.

lien vers leur site FCPE 24

logo3_fcpe         MOTION ADOPTEE PAR LE CONGRES DEPARTEMENTAL

La FCPE de Dordogne, réunie en congrès à Bergerac le 9 juin 21012 a mesuré les conséquences désastreuses pour le service public d’éducation des décisions prises par le gouvernement précédent. Les dégâts sont d’une telle importance pour les enfants de Dordogne que nous pensons qu’un plan d’urgence doit être mis en place pour la rentrée prochaine.

Les 31 délégués représentants les 4600 adhérents de la FCPE de Dordogne demandent que soit mis en œuvre dès maintenant pour la rentrée prochaine et en attendant une loi d’orientation et de programmation les mesures suivantes :

* Maintenir tous les postes RASED supprimés par la carte scolaire 2012. Il est essentiel d’éviter le démantèlement des équipes en place et de maintenir les réseaux existants.

* Reconstituer les brigades de remplacement.

* Affecter les postes supplémentaires prévus uniquement au service public d’éducation et en priorité sur les zones d’éducation prioritaire.

* Pas d’affectation de stagiaire sur les classes à examen.

* Mettre en place des mesures d’accompagnement des nouveaux enseignants.

* Pas de rupture de contrat des assistants de vie scolaire en cours d’année (si nécessaire prolongation des contrats jusqu’en juin).

* respect d’une pause méridienne d’1H30 (2h en intégrant le soutien individuel pour la rentrée prochaine en attendant des décisions plus globales sur les rythmes scolaires)

* Abonder les fonds sociaux des établissements (crédits LOLF)

*Arrêter le processus d’informatisation du Livret Personnel de Compétence.

*supprimer le fichier « perdu de vue ».

*Supprimer les avantages fiscaux qui favorisent le développement des organismes de soutien scolaire privés.

Il s’agit là de mesures d’urgence. En attendant le vote d’un collectif budgétaire et l’élaboration d’une loi d’orientation et de programmation le service public d’éducation.

Conseil Départemental de Parents d’ Elèves Dordogne

Ecole Mounet-Sully de ST ASTIER «Parents d’élèves toujours en colère».

Suite à la situation toujours inquiétante pour la rentrée 2012, les parents d’élèves continuent d’être fermement  mobilisés.

Voici ci-dessous l’article de presse de la Dordogne Libre du 18 juin 2012 :

18/06/2012

Ecole Mounet-Sully,«Parents d’élèves toujours en colère».

Nous dénoncions il y a quelques mois la fermeture à la rentrée prochaine d’une classe à l’école Mounet-Sully de Saint-Astier. Les chiffres viennent aujourd’hui conforter les propos avancés lors de nos précédentes actions.

En effet, à la rentrée prochaine les enfants seront dans l’école 225 (dont 12 Clis) alors qu’à la rentrée précédente, ils n’étaient que 219. Mais avec une classe de moins, les effectifs par classe seront très élevés (près de 27 élèves par classe).

Ceci n’est tout simplement pas acceptable!

Avec le poste de RASED en moins, l’enseignant se retrouvera seul avec des enfants en difficulté qui pour l’instant pouvaient encore bénéficier d’aides particulières.

photo école.jpg

De plus, avec un poste en moins dans l’école, la directrice perd deux demi journées de décharge et le poste d’Employé de vie Scolaire étant lui aussi supprimé, plus aucun accueil téléphonique et personnel ne pourra être assuré à l’école en dehors des heures de rentrée et de sorties d’école.

Est ce vraiment l’école dont nous rêvons pour nos enfants?

Ce ne sont que des mesures discriminantes répondant à des impératifs comptables ou l’enfant n’a plus sa place. Aussi le maintien des 3 postes est nécessaire sans aucune condition et nous vous invitons à venir le dire haut et fort le vendredi 22 Juin devant le portail de l’école à partir de 08h45.

08:36 Publié dans Actualité, Ecoles – Collège | Lien permanent | Commentaires (0) | Envoyer cette note | Tags : saint-astier, parents d’élèves, manif

        VENEZ APPORTER VOTRE SOUTIEN VENDREDI 22 JUIN A 8h45

lien vers le blog de la Dordogne Libre : http://saintastier.blogs.dordognelibre.fr/archive/2012/06/18/ecole-mounet-sully-parents-d-eleves-toujours-en-colere.html

Des parents d’élèves s’opposent au FICHAGE de leurs enfants par BASE ELEVES

Et pour mieux comprendre pourquoi le fichier BASE ELEVES peut susciter autant d’inquiétudes, consultez en fin d’article le lien vers un blog de parents inquiets et la lettre qu’ils viennent d’adresser au nouveau ministre de l’Education Nationale.

BASE ELEVES : DES PARENTS DEPOSENT PLAINTE – La Roche-sur-Yon

vendredi 20 avril 2012


Ils estiment qu’ils peuvent s’opposer à l’inscription de données dans Base élèves. Trois parents déposent un recours mercredi.

La bataille entre parents d’élèves et l’inspection académique au sujet du fichier Base élèves va se poursuivre, cette semaine, au tribunal administratif de Nantes. Trois parents de trois écoles yonnaises (Moulin-Rouge, Léonce-Gluard et Montjoie), soutenus par Sud éducation et la FCPE 85, vont déposer un recours, mercredi prochain, devant le tribunal administratif.

Ils estiment pouvoir s’opposer à l’inscription dans ce fichier de données concernant leur enfant. « La loi nous donne raison, assure Stéphane Thobie, du Collectif vendéen de résistance à Base élèves. Le conseil d’État a d’ailleurs rappelé que toute personne figurant dans un fichier pouvait faire valoir son droit d’opposition. »

Dès 2010, les opposants à Base élèves avaient réagi. « 40 familles vendéennes avaient porté plainte au tribunal de grande instance de La Roche-sur-Yon afin de s’opposer à la mise en place de ce fichier dans les écoles. » Les opposants à Base élèves redoutent aussi le fichage via le livret personnel de compétences. « Il existe déjà dans les collèges et pourrait être dupliqué, dès la rentrée prochaine, dans les écoles, craint Stéphane Thobie. Il a déjà été expérimenté dans certaines écoles. »

« On se pose beaucoup de questions sur la finalité d’un tel fichage », détaille-t-il. « Le risque, développe-t-il, c’est que ce type de fichier donne beaucoup d’informations sur le parcours scolaire de l’élève, sur ses échecs, des redoublements éventuels, une consultation avec le psychologue, et que cela le suive dans sa vie professionnelle. »

lien vers l’article :  http://www.ouest-france.fr/2012/04/20/la-roche-sur-yon/Base-eleves-des-parents-deposent-plainte–62681001.html

Pour mieux comprendre POURQUOI le fichier BASE ELEVES PEUT SUSCITER AUTANT D’INQUIETUDES :

 voici un lien vers un  http://parents31.over-blog.com/ : blog de parents

et http://retraitbaseeleves.wordpress.com/ : CNRBE Collectif National de Résistance à Base Elèves.

 

 

 

 

Une directrice d’école en grève de la faim à Montignac

Une directrice d’école maternelle de Montignac (Dordogne) est en grève de la faim depuis 17 jours pour protester contre la fermeture d’une classe et la suppression de postes dans son établissement.

L’enseignante, qui perdu 7 kg, dénonce des « mesures aberrantes en matière de carte scolaire » qui doivent entraîner, selon elle, à la rentrée 2012 la fermeture d’une classe la suppression d’un poste de Rased, spécialisé contre l’échec scolaire, et un autre d’aide administrative.

Lire la suite de l’article :http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Dordogne.-Une-directrice-d-ecole-en-greve-de-la-faim-depuis-17-jours_6346-2070697-fils-tous–22278-abd_filDMA.Htm

lien vers nouvel article : http://www.liberation.fr/depeches/2012/04/26/dordogne-une-enseignante-en-greve-de-la-faim-depuis-17-jours_814563

LETTRE OUVERTE à Mr le Ministre de l’Education Nationale

Face au constat désastreux sur la santé de l’Ecole, menaçant les bonnes conditions d’apprentissage de nos enfants, de 2 ans à l’université, notre collectif a décidé d’interpeller Monsieur le  Ministre de l’Education Nationale, Monsieur le Recteur d’Académie et Madame la Directrice d’Académie de la Dordogne en leur adressant cette lettre ouverte, reprenant toutes nos inquiétudes.

Lire la LETTRE OUVERTE à Monsieur le Ministre de l’Education Nationale

 

 

Article de Sud Ouest La Rochelle le 19 avril 2012 « Non aux lycéens transhumants »

Les parents d’élèves de première S au lycée Vieljeux refusent que leurs enfants déménagent à la rentrée de septembre.

Arrivée des parents d’élèves, hier après-midi, au lycée Léonce-Vieljeux. (Photo Xavier Léoty)

« Nous voulons bien qu’on apprenne l’arithmétique à nos enfants, mais pas sur leur dos ». Le père de famille qui lance cette remarque exprime le sentiment général. Autour de lui, les parents rassemblés devant le lycée Vieljeux sont unis derrière la pancarte brandie par leur délégué, Francis Aubineau (parents d’élèves FCPE), sur laquelle on lit « Nouveau : lycéens transhumants ». Des parents de la PEEP sont également présents.

S’ils sont là, c’est parce que la scolarité future de leurs enfants s’annonce mal. Tous ont un fils ou une fille en classe de première S au lycée Vieljeux, qui pensaient suivre une terminale S dans le même établissement. Or, une des quatre classes de terminale S devrait fermer à la fin de l’année. Avec pour conséquence que, sur 128 inscrits actuellement en première S, 23 élèves au moins devraient effectuer leur année de terminale dans un autre lycée.

Le Code et le réseau

Pour justifier cette décision, le recteur d’académie a évoqué la mise en réseau des établissements scolaires. Les parents, eux, évoquent « une logique comptable », « des classes disloquées » et, surtout, invoquent le Code de l’éducation, article D 331-41, qui stipule que « tout élève admis dans un cycle de formation doit pouvoir parcourir la totalité de ce cycle dans l’établissement scolaire ».

Hier, une cinquantaine de parents concernés ont investi – civilement et pacifiquement – le bureau de Ketty Moine, proviseur de Vieljeux, afin de lui demander de plaider le maintien de la classe auprès du recteur. Ils avaient déjà soumis deux motions en ce sens au conseil d’administration du lycée. Sans succès.

Après avoir exprimé leurs inquiétudes à propos des enfants qui seraient « remerciés », et leurs interrogations quant aux critères selon lesquels on déciderait qui part et qui reste, les parents se sont retirés, laissant Mme Moine téléphoner au recteur, en présence de deux délégués. Le recteur n’était pas joignable, mais Ketty Moine s’est engagée à relayer la requête des parents. Soulignant que la classe de terminale S pourrait être maintenue si, en juin, les effectifs inscrits étaient suffisants

 

Franc succès pour le REFERENDUM CITOYEN sur l’Ecole, à St ASTIER !

Malgré un temps pluvieux, c’est dans une ambiance chaleureuse que s’est déroulé le référendum citoyen  organisé par notre collectif « arrêtez la casse de nos écoles ! » ce 19 Avril, sur le marché de SAINT ASTIER. Celui-ci a été un réel succès.

350 votants, des jeunes, des anciens, des hommes et des femmes qui se sont massés devant l’urne improvisée pour dire leur attachement à notre école et leur refus à ce qu’on l’abîme.

Ils ont dit NON aux classes qui ferment un peu partout sous prétexte de chiffres souvent inexacts, ils ont dit NON à la fermeture des RASED, NON à l’idée de laisser les enfants les plus faibles sur le bord du chemin, ils ont dit NON à la fin des remplacements et au fait que des enfants soient sans maître.

Ils ont dit OUI à l’école qui permet l’égalité des chances … et pour chaque votant, chaque citoyen, la même détermination qui montre que notre collectif avait toute sa place à SAINT- ASTIER ce jour-là.

Coup de chapeau aux membres de St Astier pour leur active participation dans l’organisation de cet évènement, mais aussi à Christophe qui l’a animé avec brio et que seul un café a pu détourner du micro…

Réfléchissons maintenant à la suite et restons mobilisés jusqu’au bout, cela finira par porter ses fruits !!

Les médias, quant à eux, ont largement couvert l’évènement. Le détail dans notre…

Revue de presse :

http://saintastier.blogs.dordognelibre.fr/archive/2012/04/19/rendez-vous-citoyen-reussi-pour-le-collectif-des-parents-d-e.html

http://www.sudouest.fr/2012/04/20/mobilises-pour-l-ecole-693072-2007.php

http://www.sudouest.fr/2012/04/19/manifestation-pour-l-ecole-sur-le-marche-de-saint-astier-24-692793-2247.php

http://www.pluzz.fr/jt-local-19-20—perigords-2012-04-19-19h15.html

http://info.francetelevisions.fr/video-info/?id-categorie=JOURNAUX_LES_EDITIONS_REGIONALES_AQUITAINE

Réagissez à nos parutions en laissant vos commentaires à arretezlacassedenosecoles@hotmail.fr

Détails de l’ACTION qui se déroulera sur le MARCHE de ST ASTIER Jeudi 19 avril

ACTION SUR LE MARCHE DE ST ASTIER

JEUDI 19 AVRIL à partir de 9H30

Si comme nous,vous êtes attachés à notre École, à nos écoles publiques et laïques

Si comme nous, vous souhaitez la réussite de tous les enfants, de la maternelle à l’université…

Si comme nous, vous demandez des conditions d’accueil favorables aux apprentissages …

Si comme nous, vous souhaitez dénoncer la gestion calamiteuse qui l’abîme …

Si comme nous, vous voulez protester contre les fermetures et les suppressions

Si comme nous, vous réclamez l’égalité de l’offre scolaire sur tout le territoire …

Si comme nous, vous vous inquiétez pour l’avenir de nos enfants …

Retrouvons-nous tous

jeudi 19 avril sur le marché de Saint Astier

dès 9 h 30

et participons nombreux à un référendum citoyen pour que chacun (parents, passants …) en votant, puisse dire son attachement à notre Ecole.

IL SERA ESSENTIEL D’ ÊTRE NOMBREUX CE JOUR-LA.

Il est possible de covoiturer :

   – départ Tocane « place des tilleuls » 9H00

   – départ Siorac de ribérac « place de l’église » 9H00

Si vous êtes intéressé par le covoiturage, laisser un commentaire….

UN POSTE DE DOCUMENTALISTE DU LYCEE DE RIBERAC MENACE

Article du Sud-Ouest, Publié le 31/03/2012 à 06h00
Par Bernard Gillibert

Ribérac

Colère à la cité scolaire

Une manifestation a été organisée hier après-midi pour dénoncer la suppression d'un poste de documentaliste.

Une manifestation a été organisée hier après-midi pour dénoncer la suppression d’un poste de documentaliste. (Photo B. G.)

Les documentalistes de la cité scolaire Arnaut-Daniel ont manifesté, hier, à l’intérieur de l’établissement en présence de professeurs et d’élèves. La cité scolaire compte deux centres de documentation et d’information : un pour le lycée ainsi que le lycée professionnel et un pour le collège. Au collège, le poste de documentaliste n’a pas été renouvelé depuis le départ à la retraite il y a trois ans de la responsable. La tâche est assurée par un adjoint d’éducation. Il ouvre et ferme les portes et assure la surveillance. Pour le lycée, il y a deux documentalistes pour 700 élèves. Il s’agirait de faire glisser l’une d’elles au collège à la rentrée prochaine.

Pour Annie Subrenat-Bonnot, documentaliste, « si cela se fait, cela aura un impact sur la qualité du travail accompli quotidien : gestion, mise en valeur et recherche du fond de documentation, informatique, travail pédagogique mêlant enseignants et élèves ».

Cela entraînera aussi plus de travail au détriment de projets de sorties pédagogiques et d’échanges avec l’extérieur.

Les documentalistes se retrouveront au niveau départemental cet après-midi, place André-Maurois, à Périgueux, pour manifester. Celles de Ribérac entendent poursuivre leur mouvement lundi et mardi au niveau local en attendant la décision devant être prise mercredi après-midi au rectorat.